Accueil > A Lire > Presse > Les intellectuels français se mobilisent

Les intellectuels français se mobilisent

Publié par le journal Le Monde

mercredi 10 décembre 2008

De Christine Delphy à Agamben en passant par Benasayag, Badiou, Rancière, Zisek, Boltanski, Moulier-Boutang, Lazaratto, Hazan et Bensaïd (entre bien d’autres tout aussi honorables), un rassemblement qui fait plaisir. Merci aux dégradateurs de cateners...

extrait :
"La cible de cette opération est bien plus large que
le groupe des personnes inculpées, contre lesquelles il n’existe aucune
preuve matérielle, ni même rien de précis qui puisse leur être
reproché. L’inculpation pour "association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste" est plus que vague : qu’est-ce au juste qu’une association, et comment faut-il entendre ce "en vue de"
sinon comme une criminalisation de l’intention ? Quant au qualificatif
de terroriste, la définition en vigueur est si large qu’il peut
s’appliquer à pratiquement n’importe quoi - et que posséder tel ou tel
texte, aller à telle ou telle manifestation suffit à tomber sous le
coup de cette législation d’exception.Les personnes inculpées
n’ont pas été choisies au hasard, mais parce qu’elles mènent une
existence politique. Ils et elles ont participé à des manifestations -
dernièrement, celle de Vichy, où s’est tenu le peu honorable sommet
européen sur l’immigration. Ils réfléchissent, ils lisent des livres,
ils vivent ensemble dans un village lointain.On a parlé de
clandestinité : ils ont ouvert une épicerie, tout le monde les connaît
dans la région, oÃùun comité de soutien s’est organisé dÃès leur
arrestation. Ce qu’ils cherchaient, ce n’est ni l’anonymat ni le
refuge, mais bien le contraire : une autre relation que celle, anonyme,
de la métropole.Finalement, l’absence de preuve elle-même
devient une preuve : le refus des inculpés de se dénoncer les uns les
autres durant la garde à vue est présenté comme un nouvel indice de
leur fond terroriste.
LIBERATION IMMEDIATE.
En réalité, pour nous tous cette affaire est un test. Jusqu’à quel point
allons-nous accepter que l’antiterrorisme permette n’importe quand
d’inculper n’importe qui ? Où se situe la limite de la liberté
d’expression ? Les lois d’exception adoptées sous prétexte de
terrorisme et de sécurité sont-elles compatibles ? A long terme avec la
démocratie ? Sommes-nous prêts à voir la police et la justice négocier
le virage vers un ordre nouveau ? La réponse à ces questions, c’est à
nous de la donner, et d’abord en demandant l’arrêt des poursuites et la
libération immédiate de celles et ceux qui ont été inculpés pour
l’exemple."

Pour lire l’intégralité du texte et savoir comment ajouter votre signature à la longue liste ce celles et ceux qui l’ont déjà fait,
voir notre rubrique action->pétition