Accueil > Actu > France > Les arrestations arbitraires et fantaisistes continuent dans l’affaire (...)

Les arrestations arbitraires et fantaisistes continuent dans l’affaire Tarnac

mardi 19 mai 2009

Trois arrestations à Rouen, des gens réputés "proches de Julien Coupat" et/ou d’autres inculpés (voilà qui suffit pour la police) , et quatre à Forcalqiuer, des membres du comité de soutien "sabotons l’anti-terrorisme". Ou : le délire d’une justice e t d’une police qui perdent pied et s’engluent dans une affaire qu’ils ne veulent pas lâcher... Foutre la frousse à ceux qui se solidarisent, à ceux qui se battent, à ceux qui n’ont pas encore renoncé à capituler devant un système économique et politique destructeur de toute forme de vie ...

Parmi les quatre de Forcalquier figurent des ami-e-s à nous, liégeois, François Bouchardeau, éditeur et libraire à Forcalqiuer, qui édita notamment le livre "Micropolitique des Groupes" de David Vercauteren, que vous pouvez consulter via notre site http://www.tarnac4000.collectifs.ne.... François fut l’un des fondateurs du réseau des coopératives de Longo Maï. Son épouse, Johanna, est venue plusieurs fois à Liège, notamment avec le spectacle "La Passerelle défile", monté par la coopérative de Liman. Elle aussi fut l’une des pionnières de Longo Maï. Elle milite également en soutien aux peuples zapatistes...
Voici l’article rédigé par le comité de soutien de Marseille à propos de ces arrestations.

"Le Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac s’élève contre les arrestations menées à l’aube du 18 mai à Rouen et Forcalquier.
Ces arrestations touchent des personnes s’étant manifesté contre l’intoxication médiatique autour de l’affaire de Tarnac et des sabotages de caténaires SNCF. Les interpellés de Forcalquier venaient de participer, le 8 mai dernier, à une journée de solidarité et de dénonciation des montages policiers de l’antiterrorisme (journée intitulée « Sabotons l’antiterrorisme »).

Le Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac dénonce ces opérations de terrorisme policier destiné à nourrir un dossier vide et par là-même justifier le maintien en détention de Julien Coupat, incarcéré depuis maintenant plus de six mois.

Comme avec l’inculpation de soutiens aux sans-papiers, c’est la solidarité qui devient un délit. Le ministère de l’Intérieur ne pousse-t-il pas à la faute ceux qu’il désigne comme son « ennemi intérieur » ? Histoire de disposer d’un épouvantail en temps de crise et de mécontentement social croissant ?

En ces temps troublés, une pensée de travers ou un clin d’œil complice peut valoir une garde à vue de 96 heures. Ceux et celles qui n’ont pas envie de se planquer sous leur sofa en attendant que l’orage passe doivent se serrer les coudes et se montrer au grand jour.

Nous exigeons (pour commencer) :

1. La libération immédiate des interpellés de Forcalquier et de Rouen.

2. La cessation des poursuites fumeuses contre ceux de Tarnac.

3. La fin du terrorisme d’État.

Comité marseillais de soutien aux inculpés de Tarnac."

Tiré de : http://millebabords.org/spip.php?ar...