Accueil > Actions > Action contre la répression à Strazbourg (contre-sommet OTAN) devant le (...)

Action contre la répression à Strazbourg (contre-sommet OTAN) devant le Consulat de France à Liège

La dénonciation pacifique et symbolique de la répression dans l’Hexagone donne lieu à une répression policière en acte dans la Cité mosane

samedi 11 avril 2009

Une vingtaine de personnes s’étaient donné rendez-vous vendredi après-midi devant le Consulat de France à Liège (B) pour dénoncer la répression policière et judiciaire qui a lieu en France d’une manière générale et qui s’est manifestée une fois de plus à l’occasion du contre-sommet à Strazbourg (anti-Otan) de la semaine passée http://strastv.com//actuequotidienne/.

L’action, pacifique et symbolique, qui n’avait fait l’objet d’aucune demande d’autorisation, a donné lieu à un débarquement de forces de polices "robocopisées", largement supérieures en nombre aux manifestants. Après l’avoir joué à la menace, à la bousculade virile et à la provocation ("Si t’as des couilles , enlève ta cagoule, mec !"), puis à la pacification ("Nous allons aller voir si le Consul est là et peut vous recevoir, avez-vous un document à lui remettre ?"), les flics ont finalement décidé d’embarquer tout le monde au poste, colsonnés les mains dans le dos, afin de procéder à l’actualisation de leur fichage politique (vérification d’identité, photos et pour certains, empreintes digitales). Un des activistes est arrivé à foutre le camp et à échapper à ses poursuivants qui le coursaient dans les rues de la Ville...

Bref, trois heures d’action et une grosse heure de blocage des flux automobiles et urbains par au total une dizaine de véhicules de police et par près de 40 flics, et le tout en pleine "crise" au frais du quidam citoyen qui paie ses impôts (pas comme les manifestants : "vous êtes tous chômeurs alors ?Ah, donc vous ne payez pas d’impôts, vous", nous fait remarquer la volaille qui s’ennuie, ignore manifestement l’existence de la TVA et tente de nous faire "sympathiquement" la conversation alors que nous sommes assis par terre, surveillés et encerclés, les poignets douloureusement colsonnés, dans un hangar en béton où sont accumulés des containers à ordures...).

Vers 16h30, tout le monde était dehors...
Pour en (sa-)voir plus sur cette action, ses mobiles et son déroulement http://liege.indymedia.org/article/...