Accueil > Actions > Débat sur l’antiterrorisme à l’Ulg. Premier retour rapide...

Débat sur l’antiterrorisme à l’Ulg. Premier retour rapide...

mercredi 11 février 2009

Jeudi 5 février eut donc lieu à L’Ulg un débat intitulé "Terreur et démocraties".
Plus de 150 personnes ont assisté à une conférence tout d’abord de Laurent Bonelli, puis à une table ronde de plus de deux heures. Ce fut extrêmement dense, diversifié dans les points de vue mais plutôt convergents vers cette exigence : il faut abroger les lois antiterorristes au plus vite.

Plus de 150 personnes, d’horizon très divers, ont donc assisté (et assez peu participé faute de temps et non de doigts levés demandant la parole) à cette très longue soirée intitulée : "Terreur et démocraties : penser, agir et contester à l’heure des dispositifs sécuritaires", organisée conjointement par un partenariat qui n’était pas gagné d’avance : le Comité pour le Liberté d’Expression et d’Association, le service de Philosophie morale et politique de l’Ulg et notre comité Liège-Tarnac.

Dans un premier temps, nous avons donc assisté à une conférence de Laurent Bonelli ("Après le 11 septembre, les démocraties à l’épreuve du terrorisme", La Découverte, Paris ), rigoureuse, dynamique et riche en renseignements, principalement sur les enjeux policiers et judiciaires de l’anti-terrorisme en France.

Dans une seconde partie de près de deux heures, après une introduction de Thierry Müller (Comité Liège-Tarnac) sur la génèse de ce débat (l’affaire de Tarnac), les points de vue très diversifiés des intervenant-e-s, - Wahoub Fayoumi ( émouvant et limpide témoignage), militante du Secours Rouge, inculpée en Belgique pour participation à une organisation terroriste, à côté de Claude Debrulle, directeur honoraire de l’Administration générale de la Justice, puis d’Annick Stevens, du Comité pour la liberté d’expression et d’association, et enfin du chef du service de philosophie morale et politique de l’Ulg et directeur du Centre pour l’Egalité des Chances, Edouard Delruelle- , ont tous finalement convergé vers une évidente exigence politique : il faut abroger les lois anti-terroristes et obtenir au plus vite que l’on suspende leur utilisation, juridiquement inutile, et calamiteuse et révoltante dans ses effets.

A l ’occasion de cette soirée, le CLEA et le Comité Liège-Tarnac ont d’ailleurs distribué une Déclaration commune allant dans ce sens et annonçant le prochain lancement d’une campagne publique sur le sujet (Carte Blanche pour la presse, pétition à l’intention des parlementaires). Vous pouvez lire ce texte en attachement :

Word - 27 ko

Vous pouvez retrouver toutes les interventions de cette soirée en audio grâce à Eric De Ruest du Groupe Thomas Sankara (GTS) de Liège : http://www.groupesankara.be/spip.ph...

Vous pouvez également voir quelques photos de la soirée, http://leclea.be/liege/terreur&...