Accueil > Actions > Rassemblement 18/12 à 18h Consulat de France à Liège

Rassemblement 18/12 à 18h Consulat de France à Liège

Contre l’Inquisition qui vient, Rage et courage !

jeudi 18 décembre 2008

Nous ferons entendre nos exigences aux représentants des autorités sarkozistes dans notre région. Notre lutte s’inscrit dans le cadre de l’ abrogation des lois anti-terroristes créant les conditions nécessaires au cadenassage de toute rébellion face à la crise économique qui s’étend.

Appel du Comité liégeois de soutien aux inculpés du 11 novembre, en France (Tarnac)
Rassemblement devant le Consulat de France à Liège
rue St Rémy (près de la Place St Paul)
Jeudi 18 décembre à 18h

Le 11 novembre passé, suite à des dégradations commises sur les voies de TGV en France, neuf personnes ont été mises en garde à vue, puis cinq d’entre elles placées sous mandat d’arrêt pour « association de malfaiteurs dans une visée terroriste ». Le dossier pénal est vide concernant les faits incriminés, humainement inoffensifs d’ailleurs, si ce n’est qu’ils ont retardé plusieurs centaines de passagers des TGV ce jour-là et ce, durant plusieurs heures !

Aujourd’hui, deux personnes croupissent toujours en Quartier de Haute Sécurité. Les autres sont libérées sous condition et restent inculpées comme « ayant des visées terroristes » ; de ce chef, il leur est interdit de se fréquenter, donc de se voir, se parler, s’écrire et ce jusqu’à leur jugement (dans combien de mois, voire d’années ?), certaines de ces personnes vivaient en couple ! Il leur est aussi interdit de s’éloigner de leur domicile au délà d’un certain rayon sans autorisation policière et intimé l’obligation de se rendre régulièrement et d’elle-mêmes à la police, où leurs faits et gestes quotidiens doivent ainsi pouvoir être questionnés et contrôlés…Un vrai Quartier de Haute Sécurité en dehors des murs de la prison mais en dedans de murs virtuels que la personne est contrainte de s’imposer d’elle –même sous peine d’être réincarcérée ou d’être considérée comme se soustrayant à la justice, ce qui constitue on s’en doute une forme d’aveu doublée d’un délit de fuite.

Les gens ainsi poursuivis étaient surveillés et pistés depuis des mois par la Ministre de l’Intérieur française qui a organisé leur arrestation telle un show médiatique. Il s’agit pour l’Etat de faire peur à tout qui voudrait se révolter ou simplement s’organiser pour vivre autrement : plusieurs des inculpés vivaient en communauté ou fréquentaient celle-ci dans une ferme installée en Corrèze et ouverte sur son environnement local avec lequel elle tisse des liens de solidarité quotidienne. Il s’agit de terroriser, isoler, briser, mettre sous contrôle tout qui voudrait publier des idées, des analyses, des propositions contestant radicalement le bien fondé du système établi : certaines des personnes incriminées ont participé à la rédaction du livre « L’insurrection qui vient », qui les avait fait repérer par les services de renseignement. Il s’agit de terroriser aussi tout qui aurait dans l’idée de fréquenter ces gens ou toute personne qui leur ressemblerait, ce « type de gens », stigmatisé par l’Etat comme ennemi de l’intérieur : « l’ultra-gauche radicale », « des anarcho-autonomes », « des intello-bobo dangereux »…

Nous exigeons :
Le libération des deux personnes encore actuellement incarcérées en Quartier de Haute Sécurité
La levée du contrôle judiciaire actuellement imposé aux autres personnes inculpées et (re)mises en liberté
Le retrait de ce dossier de droit commun (dégradation des voies ferroviaires) du cadre judiciaire d’exception lié à la lutte antiterroriste.

Nous réclamons par ailleurs le retrait de ces lois anti-terroristes qui , en France comme en Belgique, permettent de terroriser, d’isoler er de mettre sous contrôle permanent durant des mois voire des années des militants auxquels est ainsi retirée toute possibilité de s’organiser, de s’exprimer, de se fréquenter même.

Il s’agit ici pour l’Etat de briser ce qui pourrait insuffler et structurer des luttes sociales consistantes au moment où on nous annonce une lourde récession économique avec montée du chômage et de la pauvreté.

CONTRE L’INQUISITION QUI VIENT
RAGE ET COURAGE